lundi 17 septembre 2012

Etreintes brisées

Lanzarote est une île d'une beauté naturelle et sauvage. Le réalisateur Pedro Almodovar, sensible au mystère dégageant de ses paysages, en fut captivé, dés son premier séjour. 

Un petit incident sera d'ailleurs l'un des déclencheurs de l'intrigue d'«Etreintes brisées" (basé sur un roman de Thierry Jonquet)Almodovar, subjugué par la plage du Golfe, prend une photo de ce paysage grandiose sans s'apercevoir de la présence d'un couple s'embrassant dans la plage de sable noir au-dessous de lui. Il les découvrira en développant le film, minuscule grain de sable au milieu de cette nature impressionnante. Et il se prend à imaginer l'histoire se cachant sous cette étreinte … 



Scène du film "Abrazos rotos" diffusé en mars 2009 Espagne
 Réalisateur Pedro Almodovar  Production El Deseo







Des années plus tard, les personnages principaux d' "Étreintes brisées", Lena et Mateo, se retrouvent à la même place que Pedro Almodovar, en haut de la falaise surplombant la plage du Golfe. Mateo prend des photos tandis que Lena le serre très fort contre lui. A cet instant même, sans qu'ils s'en aperçoivent, un autre couple s'embrasse à son tour. En découvrant la photo, Lena et Mateo sont touchés par leur image: ils voient en eux le reflet de leur propre histoire, celui d'un couple d'amants cherchant à se libérer des attaches et de l'emprise d'un homme jaloux et violent...Car c'est pour échapper au mari possessif de Lena, qu'ils se sont réfugiés si loin de la capitale, à Famara, au nord de Lanzarote. 

Entre les falaises et la longue plage allant jusqu'au village de La Caleta,  se trouve leur bungalow, à l'abri des regards et du vent. C'est dans une de ses villas, que j'ai passé quelques jours, pour suivre leurs pas mais aussi découvrir cette île volcanique qui n'a cessé de me rappeler par la tonalité de ses terres les céramiques des années 60-70. Poteries aux couleurs de feu et de lave








C'est dans un de ces bungalows où, serrés l'un contre l'autre, Lena et Mateo visionnent «Voyage en Italie»: Ingrid Bergman et George Sanders visitent Pompei et des archéologues trouvent les corps d'un homme et d'une femme figés par la lave, enlacés pour toujours. 

Pour immortaliser leur amour, Mateo active la fonction automatique de son appareil et serre Lena contre lui. Tous les deux regardent fixement la caméra. 

Mais, contrairement à ce couple figé par la lave, leur étreinte ne sera pas éternelle. Leur photo sera déchirée en mille morceaux et surtout, un terrible accident aura lieu, sur l'île, à la Rotonda de Tahiche, sous la sculpture « El juguete del viento» de Cesar Manrique: Lena trouvera la mort sous cette structure métallique, de sphères et de cercles tournant et grinçant au gré du vent.

Cette mise en scène permet à Almodovar d'intégrer l'oeuvre de Cesar Manrique dans son récit et de lui rendre hommage : car cet artiste est indissociable de l'île de Lanzarote.




Scène du film "Abrazos rotos" diffusé en mars 2009 Espagne
 Réalisateur Pedro Almodovar  Production El Deseo



Comme Lena, Manrique sera saisi par la beauté des falaises et  de la lumière de Famara. Il deviendra son plus ferme défenseur (en s'opposant à la fureur destructrice des promoteurs) tant il aimait le silence et l'intensité de ses paysages nus. 

Et comme Lena, il perdra la vie dans un tragique accident de voiture, à Tahiche, tout près d'où se dresse le "Jouet du Vent". C'était il y a tout juste vingt ans, en septembre 1992. 












Crédit photos // SLAVIA VINTAGE


Aucun commentaire:

Publier un commentaire