mercredi 31 octobre 2012

La Gran Via ou Madrid en lettres capitales



La Gran Via, qui a fêté en 2010 ses 100 ans, est une avenue assez exceptionnelle... je ne connais pas de rue sur le vieux continent qui évoque autant d'images si indéniablement new-yorkaises.

Souvent considérée une capitale «provinciale», Madrid accède le long de ces tout juste 1,3 km, à toute l'essence de la Grosse pomme : son énergie et sa grandiloquence. Depuis les années 20, s'enchaînent dans cette avenue grands théâtres, music halls, cinémas monumentaux et bars à cocktail, sous le scintillement des enseignes lumineuses : un air de Broadway qui m'a toujours fascinée. Nourrie de comédies musicales et de cinéma noir, je me prenais à imaginer Ava Gardner à la sortie du mythique club El Chicote, où elle avait ses quartiers…







L'identité new-yorkaise de la Gran Via ne repose pas uniquement sur les paillettes et les lumières. On la retrouve dans l'activité constante d'une rue où se pressent encore les cireurs de chaussures et où s'activent derrière des bars streamlined, des serveurs en uniforme proposant milkshakes et Americanos. Et c’est encore plus vrai depuis que Madrid est devenue, le temps d’un boom économique éphémère, un carrefour de toutes les Amériques.
Quelques enseignes pendues ici et là, nous rappellent la présence, dans les années 60, d'écoles de couture et de secrétariat (fermées depuis) où se pressaient des jeunes femmes avides d'émancipation : un air de "Mad Men" sous l'ombre d'une dictature franquiste qui dût entraver les rêves de nombreuses Peggy ibériques...






Par contre, nichés dans les hauteurs, quelques détectives privés proposent encore leurs services : des Bogarts guettant des époux infidèles, ou plus sûrement par ces temps de grande dépression, les aigrefins et les mauvais payeurs que traque également le fameux Encaisseur au frac dans les hôtels  des rues traversantes.

Pas étonnant qu'avant d'arriver à Paris, l'exposition consacrée à Hopper ait eu des beaux jouer à Madrid, car à observer les lumières de la ville se refléter sur la façade de la cafétéria Nebraska, on jurerait que


Quelques ADRESSES sur la Gran Via :

Bar el Museo Chicote
Bar Cock, un autre bar à cocktails mythique, ouvert - et intact- depuis la fin des années 20. Des allures de manoir "néo-tudor-style provincial français", so LA!
El Circulo de Bellas Artes, Grand Café et lieu d'exposition, vue géniale depuis les azoteas.







Crédit photos // Slavia vintage

Aucun commentaire:

Publier un commentaire