jeudi 11 juillet 2013

San Pellegrino


Bath, Baden Baden, Karlovy Vary, Marienbad, parfois je me dis que mon carnet de voyages est digne de celui de Thomas Mann! Ce WE, un beau mariage en Italie m'a permis de rajouter à la liste, la ville thermale de San Pellegrino, à quelques kilomètres du lieu des festivités.

Emouvant de découvrir les sources de cette eau pétillante synonyme de Dolce Vita (et de Fooding : accompagnant, depuis les débuts, tous les "Grands Foodings" organisés de Paris à Brooklyn et donnant naissance au prestigieux concours World's 50 Best) et de retrouver  dans la ville, tous les éléments qui rendent ce type de lieu de villégiature aussi beau que mélancolique : motifs Art Nouveau, façades Lyberty, funiculaire de 1909, somptueux Casino, salon de thé raffiné... Distractions et vie mondaine irrémédiablement liées pour atténuer le voile de chagrin des cures et des repos forcés.

Un voyage fait pour remonter le temps : jusqu'au début du XIXème, lorsque l'aristocratie européenne s'y pressait pour se montrer et s'oxygéner, en échappant à l'agitation de Milan, à tout juste 70 km de là, mais aussi à celle de Trieste l'Autrichienne...

Aujourd'hui l'impressionnant Grand Hôtel de 1906, est endormi, dans l'attente, je l'espère, d'un repreneur. Depuis la rive, les colosses de ses façades ont vu l'entreprise locale grandir et les enseignes publicitaires se propager en ville. 

A ne pas râter, à deux pas de la gare, l'étoile rouge vive de la petite station de bus aux lignes Streamline...





















Si vous aimez San Pellegrino vous aimerez peut-être Mitteleuropa par Wes Anderson 


Crédit photos // SLAVIA VINTAGE

Aucun commentaire:

Publier un commentaire