mercredi 27 février 2013

Palace Akropolis - Prague : la vie aquatique...



Ce matin, j'ai envie de vous parler du Palac Akropolis après avoir revu pour la cinquième fois La Vie aquatique de Wes Anderson...

Alors que depuis 1989, de nombreuses salles de la capitale tchèque ont fermé après une période d'effervescence, le Palace Akropolis reste à Prague une référence de la culture alternative. 
Ceci est dû tant à l'exigence et à l'esprit d'ouverture de ses organisateurs (diffusant depuis plus de 20 ans électro, rock, musique indie...) qu'à l'âme du bâtiment, édifié en 1927, et à l'esprit du quartier de Zizkov, jadis prolétaire et aujourd'hui bohème, mais toujours rebelle, connu dans le pays comme la "République de Zizkov".











C'est donc à la fin des années 20, que ce bâtiment Art Déco aux lignes (déjà!) "streamline" est édifié dans un quartier alors en pleine mutation. Il est conçu par l'architecte Rudolf Svoboda comme un lieu résidentiel, avec ses appartements de haut standing dans les étages supérieurs, mais aussi et surtout comme un espace culturel: à la fois café, théâtre, salle de concert et cabaret.

L'Akropolis devient vite une référence dans le milieu théâtral Pragois, un lieu de création et un laboratoire culturel pour la jeune Tchécoslovaquie à laquelle des peintures murales, aujourd'hui disparues, rendent honneur. 

Avec la crise économique, puis la guerre, le palais connaît plusieurs vies et devient successivement "biograf" (Cinéma), lieu de stockage, puis modeste cantine pour les employés de la tour de Télévision bâtie à ses côtés, les espaces culturels tombant en ruine.










En 1991 l'Akropolis est repris par une association locale de théâtre et de musique qui entend rendre le lieu aux habitants du quartier et confie le travail de rénovation à un grand sculpteur contemporain, Frantisek Skala. Ses références sont multiples : l'Art Nouveau, le monde sous-marin, Jules Verne...  Le résultat est un cadre unique, hors du temps et au delà des tendances, combinaison d'éléments industriels et de motifs végétaux. 

Dans ce complexe aux salles successives (2 bars, un café, un restaurant, une grande salle de concert/ théâtre/ cinéma selon les circonstances), mi bunker, mi-aquarium, on respire une atmosphère singulière... Comme si on plongeait dans un monde imaginaire peuplé d'étranges créatures - dans mon esprit, c'est le repaire des Snorkels ou de Wes Anderson...

Et cette sensation étrange nous poursuit même à l'extérieur : à deux pas, comme dans une scène de science fiction, surgit l'imposante Tour de Télévision de Zizkov, proie d' une armée inquiétante de 12 bébés sombres issus de l'imagination d'un autre grand  sculpteur contemporain, David Cerny ...










Crédit photos // SLAVIA VINTAGE

Aucun commentaire:

Publier un commentaire